Indemnités de départ offertes par votre entreprise : tout ce dont vous avez besoin de savoir

Quand vous quittez une entreprise, il est important de comprendre le montant et les dispositions des indemnités de départ qui vous sont dues. De plus en plus d’entreprises offrent aujourd’hui des indemnités de rupture spécifiques pour compenser la perte des salaires et autres avantages sociaux lorsque les employés prennent leur congé. Quelles sont ces indemnités légales ? Comment calculer le montant approprié ? Et comment obtenir ce que vous méritez ? Dans cet article, nous examinerons tout ce dont vous avez besoin de savoir sur les indemnités de départ offertes par votre entreprise.

Quand vous quittez une entreprise, il est important de comprendre le montant et les dispositions des indemnités de départ qui vous sont dues. De plus en plus d’entreprises offrent aujourd’hui des indemnités de rupture spécifiques pour compenser la perte des salaires et autres avantages sociaux lorsque les employés prennent leur congé. Quelles sont ces indemnités légales ? Comment calculer le montant approprié ? Et comment obtenir ce que vous méritez ? Dans cet article, nous examinerons tout ce dont vous avez besoin de savoir sur les indemnités de départ offertes par votre entreprise.

A lire en complément : Comprendre le marché pour créer ou reprendre une entreprise en toute confiance grâce à MECE

Indemnité légale de licenciement: conditions et calcul

Les salariés qui quittent leur entreprise et sont licenciés ont droit à un montant d’indemnité déterminé en fonction du motif du départ, de l’ancienneté au sein de l’entreprise et du niveau de salaire.

Les conditions pour bénéficier d’une indemnité légale de licenciement

La loi prévoit que les salariés ayant travaillé au moins un an chez le même employeur pourront toucher une indemnité dont le montant est calculé sur la base du salaire mensuel et des autres éléments de rémunération payés les 12 derniers mois précédant la rupture du contrat, aussi appelée « indemnité légale ».

En parallèle : Investir dans un projet innovant à fort potentiel de levée de fonds pour entreprise

Cette indemnité peut aussi être prévue par une convention ou un accord collectifs (plus favorable) ou par le contrat de travail. Pour les licenciements sans cause réelle et sérieuse, le montant de l’indemnité sera plus élevé.

Le calcul du montant de l’indemnité en fonction de l’ancienneté, du niveau de salaire et du motif du départ

Le montant versé en tant qu’indemnité légale varie selon les critères suivants :

  • Ancienneté :
    • Moins d’un an : pas d’indemnité due au titre du licenciement ;
    • Entre 1 an et 8 années : ½ mois de salaire par année d’ancienneté ;
    • Plus de 8 ans : 1 mois supplémentaire par année supplémentaire.
  • Niveau de salaire :
    • Indemnisation maximum : 20 mois des derniers salaires perçus ou 21 mois si le retard est supérieur à 15 jours.
  • Motifs relevant du code civil :
    • Licenciement sans cause réelle et sérieuse : 2 mois supplémentaires pour chaque tranche de 3 annuités.;
    • Licenciement abusif repris par la Cour Suprême (Juge) : majoration + 3 mois.

Lorsque vous quittez votre emploi volontairement pour aller en retraite, vous pouvez recevoir une prime spécifique, appelée « indemnité de départ » qui peut atteindre un montant fixe ou le double de votre salaire mensuel.

L’indemnité de départ pour pension de vieillesse

Les conditions pour bénéficier d’une indemnité de départ spécifique

La loi prévoit une indemnité spéciale lorsque le salarié quitte volontairement l’entreprise pour bénéficier d’une pension de retraite. Cette indemnité peut atteindre un montant fixe ou le double du salaire mensuel.

Le montant de cette indemnité peut être supérieur si la convention ou un accord collectifs entre l’employeur et les salariés en disposent autrement, ou si elle est prévue par le contrat de travail.

Les dispositions conventionnelles ou contractuelles plus favorables

Selon la loi, les dispositions conventionnelles ou contractuelles sont toujours plus favorables que celles mentionnées dans la loi. Par exemple, des conventions ou des accords collectifs peuvent prévoir des indemnités pouvant être inférieures au minimum légal mais toujours supérieure à celles qui sont imposées par la Loi.

Indemnités spécifiques pour les salariés démissionnaires

Les indemnités telles que la non-concurrence, la compensation des congés payés et du préavis

Les salariés qui démissionnent n’ont pas droit à une indemnité compensatrice au titre de la rupture, mais ils peuvent recevoir des indemnités spécifiques telles que :

  • Indemnité de non-concurrence : Paiement d’un montant forfaitaire unique à un employeur afin d’empêcher un ancien employé d’utiliser son expérience et ses contacts professionnels pour sa compétition ;
  • Compensation des congés payés : Indemnisation correspondante aux jours de repos payés et non assimilables à du temps de travail ;
  • Préavis : Règlement convenu avec l’employeur pour éviter toute action contentieuse.

Les différences entre les indemnités légales et conventionnelles pour les cas de rupture de contrat

Une distinction doit être faite entre les indemnités légales et les indemnités conventionnelles (plus favorables). La première concerne l’indemnisation du salarié pour le principe de la rupture du contrat, alors que les secondes sont destinées à couvrir des circonstances particulières telles que les indemnités de non-concurrence et de préavis.

Les indemnités légales sont payées par l’employeur, tandis que celles conventionnelles sont financées directement par l’entreprise ou par un organisme externe (facultativement ou obligatoirement). Les conditions relatives aux modalités d’indemnisation et à son calcul peuvent varier en fonction des conventions collectives.